Tests utilisateurs : 10 mauvaises pratiques (et comment y remédier)

Les tests d’utilisabilité sont un bon moyen d’obtenir des retours d’utilisateurs ou de clients sur un produit. L’objectif est de recueillir des données pertinentes permettant d’optimiser le site ou le service. Cependant, certains écueils, qui peuvent rendre les tests utilisateurs longs, couteux et inefficaces sont à éviter. Voici 10 mauvaises habitudes à éviter lors des tests utilisateurs.

10. Ne pas effectuer de test pilote

Un test pilote est un premier test utilisateur qui se réalise avant les « vrais » tests. L’objectif est d’éprouver la cohérence des consignes, de vérifier le design du prototype, etc., puis d’apporter des modifications si besoin. Parfois, tout se passe bien lors du pilote, et il est tentant de penser : « très bien, la prochaine fois je ne ferai pas de test pilote ». Mauvaise idée ! Il faut systématiquement réaliser un test pilote avant le lancement d’un test « grandeur nature ».

9. Tirer des conclusions après 2 ou 3 participants

Il est facile de se laisser aller à un excès d’enthousiasme, après avoir mené des tests sur 2 participants et d’en tirer des conclusions hâtives. Cependant, il faut plus de données pour juger de la légitimité des résultats obtenus. De plus, en restant concentré sur ces premières conclusions, on peut risquer de perdre son objectivité lors de l’analyse des tests suivants, en ne retenant que les résultats qui viennent confirmer la première hypothèse.

8. Faire des tests avec trop de participants

Si vous êtes habitué à mener des recherches ayant pour objectif d’obtenir des données quantitatives, vous déciderez peut être de recruter un grand nombre de participants pour vos tests.

Il ne faut pas oublier que la plupart du temps, les tests utilisateurs mesurent des données qualitatives. Si aucun donnée statistique n’est nécessaire, quelques 10aines d’utilisateurs vous suffiront pour récolter beaucoup informations pertinentes.

7. Créer trop de cellules

Une “cellule” est la plus petite unité de catégorisation d’un participant.

Imaginons que vous souhaitiez différencier les résultats d’un test selon le genre des participants. Vous pouvez avoir 6 hommes et 6 femmes par exemple, répartis dans 2 cellules. Si, en plus de cela, vous souhaitez établir une comparaison entre les comportements des jeunes et ceux des personnes âgées, vous pourriez ajouter 12 personnes puis présenter vos participants selon le schéma suivant :

errors-testing-wrongtable

Total : 16 personnes. Et si l’on veut ajouter encore une cellule, pour les clients/non-clients par exemple, on se retrouve avec beaucoup trop de testeurs. Ça n’est pas la bonne méthode. La répartition de cellules utilisée ci-dessus est une erreur : c’est l’amalgame entre une “cellule” et une “variation”.

Quand on souhaite simplement rajouter de variations, c’est inutile de créer de cellules supplémentaires. Les résultats doivent être présentés dans 2 cellules, comme sur la figure suivante.

errors-testing-righttable

6. Partager des données sans contexte ni conclusion

La personne qui a mené les tests utilisateurs connait son test, avec ses instructions, ses tâches, ses résultats. Mais si, par la suite, ces données sont mises à la disposition d’un collègue sans lui donner plus de précision, il sera obligé de tout digérer et cela va lui prendre énormément de temps.

C’est pourquoi il est important de livrer un résumé des conclusions obtenues aux membres de toute équipe, en plus des données brutes.

5. Accorder trop d’importance aux enquêtes post-test

Faute de mémoire, les participants ont tendance à surévaluer l’appréciation du site qu’il viennent de visiter. Les données récoltées après le test (note, commentaires, etc.) ont donc moins de valeur que les commentaires durant le test et la navigation réelle du testeur.

4. Faire les tests trop tard

Il ne faut pas attendre que la conception du produit soit terminée pour mener des tests utilisateur ! Les wireframes, prototypes et même les schémas peuvent être testés.

3. Ne pas tenir compte des surprises

Certaines des données les plus précieuses obtenues grâce aux tests utilisateurs ne viennent pas des tâches en elles-mêmes, mais des commentaires de testeurs, qui critiquent ou discutent de certains éléments auxquels vous pourriez ne pas avoir pensé. Ces surprises peuvent être extrêmement utiles, elle ne peuvent pas être négligées.

2. Faire des conclusions qui ne viennent pas des résultats

Un travail d’interprétation des résultats est nécessaire, mais faites attention à ne pas trop s’éloigner des données originales !

1. Manquer les passages les plus importants d’une vidéo

Une image vaut mille mots – et une vidéo encore plus. Lors de la livraison des résultats aux membres de l’équipe ou au client, la présentation de certains extraits vidéo est bien plus persuasive que le contenu textuel d’un livrable. Prenez l’habitude de mettre en valeur les passages importants des vidéos lors de votre premier visionnage, afin de gagner du temps.

Librement traduit de l’article : The Top 10 User Testing Bad Habits (and How To Fix Them)

Tags : , , , , ,

Vous avez aimé ? Partagez !

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter mensuelle. Désinscription en 1 clic.

Ces articles peuvent vous intéresser

Classé dans :

A propos de l'auteur
Rodolphe
Responsable UX chez Testapic
Twitter Site Web

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *