Mobile UX Design : Les bonnes façons de demander les autorisations aux utilisateurs

Saviez-vous qu’en moyenne une application perd 80% des utilisateurs actifs au quotidien dans les 3 premiers jours après son installation ? La plupart des gens installent l’application, l’ouvrent une fois et la suppriment. Cela arrive car les utilisateurs essayent beaucoup d’applications mais décident quelles applications sont à supprimer dans les premiers jours.

Ces comportements des utilisateurs sont-ils le résultat d’applications mal conçues ? Pas systématiquement, mais la première interaction avec l’application joue un rôle essentiel dans l’impression générale de celle-ci. Et lorsque les utilisateurs ouvrent une nouvelle application, la dernière chose qu’ils veulent voir ce sont de multiples pop-ups consécutifs demandant des autorisations :

  • L’application veut accéder à vos localisations
  • L’application veut accéder à vos contacts
  • L’application veut accéder à votre caméra
  • etc. etc.

Dans les tests utilisateurs que nous avons pu mener avec Testapic, nous constatons régulièrement que ces actions ont un impact très négatif sur les 1ères étapes de l’expérience utilisateur. Elles peuvent amener à un abandon ou à une suppression de l’application. L’application doit pouvoir rester en contact avec les utilisateurs avant de demander une autorisation, afin de garder un engagement. Cet article va vous amener sur la bonne voie en vous aidant à éviter les pièges courants dans votre logique pour la demande d’autorisations.

Construire une stratégie

Lorsqu’il s’agit de demander une autorisation, la pire chose que l’application peut faire c’est de cribler les utilisateurs de demandes d’autorisation sans aucun préavis ou explication. Demander l’autorisation aux utilisateurs trop tôt ou la demander pour plusieurs choses en même temps, sont tous deux une erreur fréquente. Et pourtant, de nombreuses applications le font toujours – immédiatement, comme étant la première chose que l’utilisateur regarde en ouvrant l’application. Par exemple, Inbox de Gmail demande l’autorisation avant même l’onboarding, sans information supplémentaire ni contextualisation.

gmail

Crédit : Inbox par Gmail

Lorsque vous envoyez la demande d’autorisation, vous espérez que tous les utilisateurs l’acceptent. Afin d’atteindre ce but, vous devez construire une stratégie d’autorisations. La stratégie d’autorisations dépend de la clarté et de l’importance du type d’autorisation que vous demandez. L’autorisation cruciale devrait être demandée à l’avance, tandis que l’autorisation secondaire peut être demandée dans un contexte.

Modèles des demandes d’autorisation

Quand demander aux utilisateurs

L’un des plus grands facteurs déterminant si les utilisateurs acceptent ou refusent vos demandes est quand cela se produit.

Une règle simple : Ne pas demander une autorisation d’accès aux utilisateurs jusqu’à ce que vous en ayez REELLEMENT besoin.

Demander à l’avance uniquement pour les autorisations cruciales

Pour beaucoup d’applications, ne pas avoir d’accès aux données peut changer l’ensemble de l’expérience utilisateur. Par exemple, si une application dépend d’un service SMS, le fait de décliner l’accès au service rend l’application inutilisable. Heureusement, les utilisateurs s’attendent à ce qu’une application de messagerie demande l’autorisation d’accéder aux SMS, cette demande en amont de l’utilisation fait alors sens.

hangout2

Crédit : Google Hangouts

Lorsque plus d’une seule autorisation est nécessaire pour qu’une fonction marche, faites la demande uniquement pour ces autorisations et rien d’autre.

Résumé : Assurez-vous que les utilisateurs comprennent clairement ce que fait l’application (basé sur la description de l’application ou une expérience précédente familière) et demandez à l’avance uniquement les autorisations cruciales auxquelles les utilisateurs peuvent s’attendre.

Demander dans le contexte

dasons

Crédit : thinkwithgoogle

Dans la plupart des cas, si une nouvelle expérience utilisateur commence par une série de demandes d’autorisation, vous pouvez perdre une grande opportunité de faire adhérer les utilisateurs. Les applications doivent demander des autorisations dans le contexte et communiquer la valeur qu’apporte l’accès. Car une fois que les utilisateurs sont engagés, ils peuvent être plus susceptibles d’accepter vos demandes d’accès.

Résumé : Les utilisateurs sont plus susceptibles d’accorder une autorisation si cela est demandé au moment d’effectuer la tâche pertinente.

Comment demander aux utilisateurs

Les applications doivent clarifier pourquoi chaque demande d’autorisation est nécessaire, soit par le nom de la fonction soit par une explication fournie. N’oubliez pas, si vous souhaitez avoir une réponse positive des utilisateurs, vous devez le demander gentiment.

Une règle simple : Assurez-vous que ce que les utilisateurs reçoivent en échange de l’acceptation de la demande soit parfaitement clair.

Explication des avantages

Les autorisations qui sont moins claires doivent fournir des informations sur ce qu’elles impliquent. Si votre application contient un tutoriel, utilisez-le pour expliquer ce que l’application fait et pourquoi l’autorisation non attendue sera demandée.

Crédit : Material Design

Expliquer une autorisation dans le contexte est un autre bon exemple – cela aide à mesurer l’intérêt de l’utilisateur et à améliorer la compréhension de l’autorisation. Essayez d’expliquer aux utilisateurs les avantages qu’ils auront en donnant l’accès à l’application.

dandelion

Crédit : Google Maps

Amorçage pendant la demande

foursquare

Crédit : Foursquare

Vous pouvez le faire en fournissant une image de fond qui explique la demande d’autorisation. Foursquare prépare les utilisateurs en donnant une image de fond expliquant pourquoi l’application a besoin d’une autorisation particulière.

Message préparatif avant la demande d’autorisation réelle

Vous pouvez déclencher la demande d’autorisation d’iOS seulement une fois par fonctionnalité. Le pire qu’il puisse arriver est que l’utilisateur refuse l’autorisation au niveau du système, car inverser cette décision sur iOS est très compliqué. Dans la plupart des cas, il vaut mieux sensibiliser vos utilisateurs à l’avance sur l’intérêt d’accepter les demandes avant que l’écran de demande d’autorisation d’iOS n’apparaisse.

primer

L’amorçage est une pré-autorisation éducationnel avec un dialogue.
Crédit : Cluster

Cluster est un bon exemple de l’amorçage avant la demande. Le flow du Cluster inclut un écran de construction du contexte, un message préparatif et finalement la demande d’autorisation. L’utilisation de dialogues de pré-autorisation a presque fait disparaître le problème de non-acceptation.

Demander dans le contexte d’actions

camera

Inviter les utilisateurs d’accepter les autorisations uniquement lorsqu’ils essayent d’utiliser la fonctionnalité.
Crédit : Cluster

Le dialogue déclenché par les utilisateurs fonctionne encore mieux qu’un écran de construction du contexte, car les utilisateurs s’attendent à la demande et sont plus enclins à autoriser l’accès lorsqu’ils veulent utiliser la fonctionnalité en question. Attendez jusqu’à ce qu’une fonctionnalité soit activée pour demander l’autorisation.

Lorsque l’utilisateur appuie sur une fonctionnalité comme la caméra dans l’application Cluster, cela déclenche la demande d’accès aux photos.

Comment faire face aux autorisations refusées

Puisque les autorisations refusées peuvent empêcher une fonctionnalité de fonctionner comme prévu, lorsque l’autorisation est refusée, cela doit être expliqué à l’utilisateur.

Une règle simple : Vous devez fournir un feedback lorsque l’autorisation est refusée.

Autorisations cruciales

Si l’application ne peut plus fonctionner car l’autorisation cruciale a été refusée, expliquez pourquoi cette autorisation doit être acceptée et offrez un lien pour ouvrir les Réglages afin que l’utilisateur puisse l’autoriser.

hangouts

Crédit : Google Hangouts

Voici un exemple de l’écran de Google Hangouts expliquant que l’autorisation est nécessaire pour que l’application fonctionne.

Conclusion

Concrètement toutes les applications sont différentes, mais vous devez penser à quel moment l’utilisateur aurait besoin d’accéder aux différentes parties et données de son smartphone et vous assurer qu’il s’attende à cette demande.

Améliorer l’expérience utilisateur est une expérience continue. Ne manquez pas l’occasion de préparer vos utilisateurs à accepter les autorisations. Testez chaque cas de figure pour voir ce qui fonctionne le mieux pour vous.


Librement traduit de l’article : Mobile UX Design : The Right Ways to Ask Users for Permissions – Crédits photo : Dribbble

Vous avez aimé ? Partagez !

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter mensuelle. Désinscription en 1 clic.

Ces articles peuvent vous intéresser

Classé dans : , ,

A propos de l'auteur

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *