Comment hiérarchiser les problèmes d’utilisabilité

Un test d’utilisabilité peut permettre de mettre en évidence plus de 100 problèmes d’utilisabilité. Comment pouvez-vous donner des priorités aux questions de sorte que l’équipe de développement sachent quels problèmes sont les plus graves? En se posant 3 questions face à un problème d’ergonomie, il est possible de classer la gravité en bas, moyen, grave ou critique.

Test d’utilisabilité : Classer les informations

L’exécution d’un test d’utilisabilité peut être comparé au fait de boire un verre à partir d’une borne à incendie… Vous pouvez être inondé avec des données sous forme de problèmes d’utilisation qui doivent être organisés, hiérarchisés et (espérons-le) corrigés. Bien qu’il soit tentant d’utiliser votre propre jugement pour déterminer la gravité, ce qui provoque un défi supplémentaire pour décider des développements à venir : “Comment avez-vous classée cette question comme essentielle ? Je pense que c’est plus d’un problème à moyen terme?”. Avoir un processus standard pour définir la gravité d’un problème d’utilisabilité signifie que vous pouvez être cohérent dans la façon dont vous affectez la gravité et les moyens que vous fournissez la transparence nécessaire pour que vos collaborateurs puissent vérifier votre travail. En fait, il est possible de se poser seulement 3 questions pour classer tout problème d’utilisabilité.

1. Le problème se produit-il sur une ligne rouge ?

Un Itinéraire Rouge représente les tâches fréquentes ou critiques. Ce sont les tâches les plus importantes que le système doit prendre en charge, par définition. Par exemple, si le «on-off » sur votre gadget nouvellement conçu est difficile à faire fonctionner, tous les utilisateurs seront impactés. Parce que les problèmes sur les lignes rouges touchent presque tous les utilisateurs, ils sont plus graves.

2. Le problème est-il difficile à surmonter pour les utilisateurs ?

Certains problèmes d’utilisabilité sont des goulets étranglement : à cause de ce problème, les utilisateurs ne peuvent simplement pas progresser, pas avancer plus loin dans le processus défini. Par exemple, si un contrôle important est caché dans une boîte de dialogue ou derrière un clic droit, la fonctionnalité peut aussi bien ne pas exister et certains utilisateurs ne s’en rendront pas compte. D’autres problèmes d’utilisabilité sont faciles à contourner. Il est souvent plus difficile de résoudre les problèmes plus graves parce qu’ils ont un plus grand impact sur le taux d’achèvement.

3. Le problème est-il persistant ?

Les problèmes persistants – problèmes qui apparaissent fréquemment – sont plus graves parce qu’ils ont un plus grand impact sur les visiteurs et la satisfaction du client. Un exemple de problème persistant est un site web sur lequel les liens hypertexte ne sont pas mis en avant. Cela signifie que les utilisateurs ne peuvent trouver les liens que par “déminage” sur la page. Ce problème est persistant, car même lorsque les utilisateurs connaissent la solution au problème, ils ont encore à en faire l’expérience. Notez que «persistant» signifie que les problèmes se produisent à plusieurs reprises, tout au long de l’interface ; les utilisateurs sont conés au problème sur plusieurs écrans ou pages.

Comment faut-il interpréter les niveaux de gravité ?

  • Critique : Ce problème d’utilisabilité provoquera la réticence des clients qui seront incapables de remplir une tâche commune. Correction d’urgence.
  • Grave : Ce problème d’utilisabilité va considérablement ralentir certains clients au moment de remplir une tâche commune mais peut être contourné par des clients qui pourront trouver une solution. Correction dès que possible.
  • Moyen : Ce problème d’utilisabilité provoquera la frustration et l’irritation de certains clients, mais n’affectera pas l’exécution des tâches. Correction lors de la prochaine mise à jour.
  • Faible : Il s’agit d’un problème de qualité, par exemple un problème cosmétique ou une faute d’orthographe. Note: Bien que ce soit un problème mineur isolé, trop de “faible” nuira à la crédibilité et peut endommager votre marque.
Tags :

Vous avez aimé ? Partagez !

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter mensuelle. Désinscription en 1 clic.

Ces articles peuvent vous intéresser

Classé dans :

A propos de l'auteur

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *