5 façons d’économiser de l’argent avec les tests utilisateurs à distance

Dans un environnement de marché où les budgets marketing sont de plus en plus serrés, les dépenses sont constamment suivis. Efficacité et ROI sont les mots à la mode et dans ce cadre, il est de plus en plus courant d’utiliser les tests utilisateurs à distance : soit pour obtenir de meilleurs taux de conversion avec moins d’argent consacré à l’expérience utilisateur (UX), soit pour investir dans des projets complexes et stratégiques. Voici 5 facettes des tests d’utilisabilité / tests utilisateurs à distance qui aident les entreprises à réduire les coûts de recherche UX et ergonomie.

1. Réduction des coûts par utilisateur

Avec les tests à distance, le coût de recrutement d’un participant et la compensation liée à une étude est environ 10 à 20 fois inférieur à celui des tests utilisateurs dans un laboratoire. Bien que ce montant varie selon les pays, le coût moyen d’un recrutement par utilisateur se situe entre 50 et 100 euros. De plus, il n’est pas inhabituel qu’une somme équivalente soit consacrée à l’incentive (compensation) proposée à l’utilisateur pour son déplacement plus son temps d’étude en laboratoire. Au total, le coût global s’élève donc autour de 100 – 200 euros par utilisateur. Avec Testapic, le processus de recrutement est déjà inclus dans la prestation et la compensation des testeurs se situe autour de 7 – 10 euros / participant. Alors que le coût par utilisateur est relativement faible, cela n’affecte pas la qualité du recrutement ou des participants en raison de 3 facteurs :

  • Le processus de recrutement est beaucoup plus efficace. Lors des tests utilisateurs traditionnels, le recrutement se fait souvent par téléphone, l’évaluation des participants potentiels se fait au moyen d’un questionnaire de recrutement rempli par le responsable du test. Dans tests utilisateurs à distance, il est courant d’utiliser un panel en ligne où les utilisateurs reçoivent une invitation à l’étude par courrier électronique. Ils doivent alors remplir eux-mêmes le questionnaire en ligne, ce qui réduit considérablement le temps qu’un recruteur doit consacrer à trouver des participants appropriés.
  • Les participants sont prêts à recevoir moins d’incitation financière pour ne pas avoir à se déplacer dans un laboratoire. Dans les grandes villes, un participant peut avoir besoin de 2h AR de transport plus 1 heure avec l’installation et la conduction du test en laboratoire. En fin de compte, la compensation sert à dédommager l’utilisateur pour 2,5 ou 3 heures alors que le test n’aura durer qu’une 30aine de minutes en lui-même.
  • Enfin, alors que les tests d’utilisabilité en laboratoire peuvent durer généralement entre 60 à 90 minutes (consignes / installation / passation / débriefing / remerciement), un test utilisateur à distance dure en général 15 à 30 minutes.

2. Pas besoin de modération

Durant les tests utilisateurs distants non modérés, il n’y a pas de modérateur pour aider les participants lorsqu’ils réalisent le test. Les utilisateurs réalisent des tâches définies et effectuent le test de façon asynchrone (non simultané). Qu’un test en laboratoire soit réalisée avec 8, 10 ou 12 utilisateurs, le temps consacré à la modération peut durer jusqu’à 2 jours complets. De même, parce qu’il n’y a pas de modérateur lors de l’exécution d’un test utilisateur à distance, le développement du scénario de test (succession de tâches) et l’insertion de l’étude dans un logiciel prend aussi du temps. Ce temps peut augmenter avec le nombre d’utilisateurs testés ou lors de la répétition d’une même étude sur différents prototypes, différentes cibles ou différents sites.

3. Analyse et de reporting rapide

L’analyse des données et la création de rapports sont estimés à 30 à 50% moins chronophages avec les tests d’utilisabilité à distance. En effet, les algorithmes et logiciels utilisés pour les tests à distance génèrent des informations classées et disposent de fonctions automatisées pour analyser les données plus rapidement. Voyons pourquoi les tests d’utilisabilité à distance réduisent le temps consacré à l’analyse et au reporting :

  • Les mesures d’utilisabilité standards tels que les ratios d’efficacité, de succès / échec, le nombre de clics, le temps consacré aux tâches, et d’autres taux sont calculés automatiquement.
  • L’utilisation de filtres permet d’identifier ou d’exclure plus rapidement des différences dans le comportement des utilisateurs et des profils d’utilisateurs.
  • Vous pouvez analyser les données en visant 2 finalités : vérifier si une hypothèse est ou non confirmée, ou en observant les données, vous pouvez identifier les problématiques qui n’ont pas été considérées lors de la création des hypothèses initiales.
    • Dans le premier cas, une hypothèse peut être confirmée ou rejetée par l’intermédiaire d’une carte de clics (carte de chaleur), d’un chemin de navigation ou des réponses à l’étude.
    • Dans le second cas, en visionnant les vidéos des sessions des utilisateurs que vous pouvez détecter certains comportements qui n’avaient pas été considérés lors de l’élaboration des 1ères hypothèses.
  • L’analyse des vidéos des sessions utilisateur est réduite grâce aux logiciels utilisateurs disponibles, comme celui de Testapic, qui enregistrent des vidéos de l’utilisateur lors de chaque tâche. Ensuite, ces vidéos de tests peuvent être filtrés pour être mises en corrélation avec des préconisations opérationnelles bien spécifiques.
  • Les fonctionnalités vidéo permettent aux spécialistes UX de gagner des heures d’analyse pour sélectionner uniquement les morceaux de vidéos qui sont utiles dans leur exploitation des données.

4. Test international

L’une des tendances émergentes est la réalisation de tests utilisateurs internationaux. Les entreprises ont besoin de tester leur(s) site(s) dans différents pays afin de prendre en compte les différences d’usage en fonction de la culture des utilisateurs. Des tests d’utilisabilité internationaux sont estimés à 50% voir 100% plus cher qu’un test d’utilisabilité dans le pays d’origine. Il faut aussi prendre en considération le fait que l’exécution d’un test utilisateur en Suisse est plus cher qu’en Inde. Dans tous les cas, la réalisation d’études internationales implique toujours plus de dépenses notamment en raison des coûts supplémentaires suivants :

  • Les frais de transport et d’hébergement du modérateur
  • L’augmentation considérable des heures associées à la gestion de projet
  • Les coûts associés aux traductions simultanées
  • Les heures consacrées à la création de rapports multilingues

5. Pas d’entretien des salles de test

Les tests utilisateurs en laboratoire impliquent évidemment des dépenses pour les installations du laboratoire, l’équipement et l’entretien. Les loyers de ces laboratoires sont généralement élevés, car ils ont tendance à être situées dans le centre-ville pour le rendre plus facile d’accès pour les participants. Lors de l’exécution d’un test avec 10-20 utilisateurs, le coût pour la réservation de l’installation dédiée peut être de 1000 à 3000 euros. Si vous effectuez une étude avec des échantillons plus larges, ce montant augmente évidemment considérablement. Source

Vous avez aimé ? Partagez !

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter mensuelle. Désinscription en 1 clic.

Ces articles peuvent vous intéresser

Classé dans :

A propos de l'auteur
Rodolphe
Responsable UX chez Testapic
Twitter Site Web

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *