10 problèmes courants des tests utilisateurs physiques

En entreprise, une bonne planification des tâches nécessite la prise en compte des aléas. Or ceux-ci ne se font pas rares quand il est question de faire passer des tests utilisateurs physique / en laboratoire, qui peuvent être très chronophages si l’on se n’y prend pas de la bonne façon.

Voici 10 problèmes courants qui peuvent être rencontrés en faisant passer des tests utilisateurs physiques, ainsi que quelques idées pour les éviter – ou pour les gérer lorsqu’ils se produisent malgré tout. L’utilisation des tests utilisateurs à distance permet de palier d’emblée bon nombre de ces problèmes et de s’abstraire des contraintes liées au contrôle de l’environnement de test en procédant à des tests au plus proche des conditions réelles d’utilisation.

1. Les utilisateurs ne se présentent pas

Les absences de testeurs sont une réalité à prendre en compte. Même en envoyant des mails, des messages de relance et en appelant les testeurs, les personnes qui animent les tests utilisateurs physiques ne peuvent éviter ce problème. En moyenne, le taux d’utilisateurs qui ne se présentent pas est de 10%, quelle que soit la rétribution. Pour cette raison, il est conseillé de recruter environ 10 % de testeurs en plus que ce qui était prévu initialement. Lors de test à distance, la disponibilité des testeurs associée à une méthode asynchrone de collecte présente plus de fiabilité pour atteindre la volume attendu de votre échantillon.

2. Les animateurs tombent malade

Nous sommes tous des êtres humains, même les meilleurs animateurs de tests utilisateurs peuvent tomber malade ou tout simplement perdre leur voix. Prévoyez un animateur / modérateur de remplacement (par exemple, la personne en charge de la prise de notes) ou un peu de marge de manœuvre dans votre horaire de test, afin de le reporter à un moment où tout le monde sera en bonne santé. Il est aussi possible de choisir des méthodes de test non modéré (sans animateur).

3. Panne d’Internet

Il est difficile d’effectuer un test utilisateur sans Internet, que ce soit pour accéder à un site Web ou à un logiciel permettant d’enregistrer les données de la session. Malheureusement, il est très fréquent de devoir faire face à une panne ou à un ralentissement de la connexion lors d’un test. L’un des seuls moyens de minimiser l’impact des pannes est de disposer de 2 fournisseurs distincts, même si cela peut être coûteux et que ce n’est pas possible partout. Lors des tests utilisateurs distants, l’intérêt repose aussi l’étude de la vitesse d’affichage de l’interface (site Web par exemple) ou la réaction des utilisateurs lorsqu’ils sont confrontés à l’utilisation de débits Internet plus ou moins rapides.

4. Moments difficiles

Un bon animateur doit être patient et empathique … Malheureusement,  certains tests peuvent ressembler à une séance de thérapie. Parfois, les gens ont juste besoin d’une oreille attentive et les histoires sur les ex-épouses, ex-mari, ex-petit ami, etc… ne se font pas rares pendant les tests. La meilleure chose à faire est de rester professionnel et de remettre le participant sur ​​les rails sans être brusque ou de le laisser revenir par lui-même au contexte du test.

5. Distractions

Les tests à distance présentent de nombreux avantages, parmi lesquels nous pouvons citer une mise en situation plus réaliste pour le déroulement des tests, des coûts réduits ainsi qu’un gain de temps par rapport aux tests physiques – de plus, les testeurs n’ayant pas besoin de se déplacer, ceux-ci se montrent généralement plus disponibles. Cependant, comme toute personne qui travaille à la maison le sait, il est difficile de rester concentré lorsque l’on est chez soi… En analysant des vidéos de testeurs, il n’est pas rare d’entendre des aboiements des chiens, des pleurs d’enfants, etc… Ces distractions sont à la fois une malédiction et une bénédiction : la mise en situation est bien plus réaliste que lors d’un test en laboratoire. Cependant, un testeur trop distrait par son entourage passera bien plus de temps à réaliser les tâches demandées, ce qui peut fausser les résultats.

6. Utilisateurs introvertis

Certains protocoles de tests reposent principalement sur la capacité du participant à exprimer et à commenter ce qu’il fait et/ou ce qu’il ressent en testant une interface. Autrement dit, nous demandons à nos testeurs de penser à haute voix (think aloud). Mais il est difficile de savoir à l’avance qui sera le plus en mesure d’exprimer ses pensées. Parfois, certains testeurs auront tendance à n’exprimer leur ressenti que d’une manière très succincte, ou à « ne rien avoir à dire ».

7. Le logiciel plante

Comme le stipule la loi de Murphy, vous pouvez presque toujours compter sur le plantage d’un logiciel au cours d’un test. Cela est particulièrement le cas lorsque l’on travaille dans des environnements de développement, avec des serveurs de test ou avec des prototypes. Assurez-vous d’avoir des sauvegardes, ainsi que les numéros de téléphone des responsables techniques devant vous.

8. L’étude prend trop de temps

Malgré l’investissement des animateurs, il arrive souvent que les sessions de tests soient plus longues que prévu. Les causes peuvent être multiples – un testeur lent, une panne d’Internet ou de logiciel par exemple –  ou bien tout simplement des tâches trop nombreuses. Dans ce cas, une bonne solution pour accélérer les tests est d’affecter à chaque participant des tâches choisies aléatoirement.

9. Vous avez oublié de noter le temps

Pour certains tests, il arrive que le temps mis pour effectuer une tâche soit un observable très important. Cependant, il y a beaucoup d’autres choses auxquelles il faut penser au cours d’une étude et il arrive à tout le monde de faire des oublis… Si vous pouvez trouver un moyen d’automatiser la collecte de la durée d’enregistrement, cela éliminera cette possibilité (cela est très simple avec les tests à distance par exemple).

10. Vous devez travailler dans l’urgence

Si l’équipe de développement doit attendre la fin des tests pour passer à l’étape suivante de développement ou d’intégration, vous pouvez être certain que le responsable technique va mettre la pression sur l’UX designer ou la personne en charge de la gestion des tests pour obtenir les résultats dans les délais escomptés. Si l’équipe de développeurs respecte son planning ou, mieux encore, est en avance, il se peut que vous deviez avancer ou décaler vos sessions de test en réaction. La mise en place de tests physiques est fastidieuse et décaler le planning et la venue des participants peut être un vrai casse-tête. Avoir recours à des tests distants est plus souple que des tests physiques et permet d’obtenir des résultats très rapidement (24 à 48h) pour s’assurer de travailler en mode de conception agile.

Librement traduit de l’article : 10 Things That Can Go Wrong In A Usability Test.

Tags : , , , , ,

Vous avez aimé ? Partagez !

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter mensuelle. Désinscription en 1 clic.

Ces articles peuvent vous intéresser

Classé dans : ,

A propos de l'auteur
Rodolphe
Responsable UX chez Testapic
Twitter Site Web

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *